En cohabitation... Avec ma cousine

Avant de prendre une décision quant à mon départ dans une autre ville, j’avais défini les avantages que mon futur lieu de résidence devait obligatoirement posséder. Avec ma cousine, j’avais décidé d’acheter une maison en copropriété. Nous nous sommes toujours entendus à merveille et cette cohabitation viendrait renforcer nos liens, comme nous le savions tous les deux. Célibataire, comme moi, elle ne comptait pas se remarier. Son âge la poussait vers une solution de confort, et elle avait rêvé d’avoir un jardin toute sa vie. Comme j’avais eu un excellent contact qui travaillait dans la Gestion de projets Construction Rive Nord, et je pouvais me permettre d’investir dans une demeure pour les vacances, et les fins de semaines prolongées. L’opportunité d’avoir une personne toute l’année dans le même lieu que moi était à saisir. De plus, je connaissais la régularité de ma cousine et son amour pour les plantes. Quand nous avons décidé d’acheter ensemble une demeure, nous avions des exigences tous les deux.

Ma cousine a eu une excellente idée. Elle m’a invité pour un souper et nous avons mis sur un papier, chacun de notre côté, ce que nous souhaitions dans notre maison. Pour elle, elle avait noté qu’un chauffage central de bonne qualité était le plus important ; ensuite, un espace pour cultiver des légumes venait en deuxième position ; être à moins de vingt minutes en automobile des commerces, au plus loin, était écrit après ; avoir un garage pour son véhicule venait en dernier sur la liste. Je m’étais limité à quelques propositions, tout comme ma cousine. Ce qui m’était indispensable tenait en peu de mots : je voulais, avant tout, pouvoir communiquer par Internet et recevoir mes appels ; me promener dans le jardin sans être vu des voisins, faisait partie de mon bien-être à la campagne.

Avec toutes ces indications, j’étais parti pour quelques visites, trois exactement, tandis que l’autre future propriétaire, partait de son côté pour en effectuer deux. Mises à part ces cinq maisons, tout ce que nous avions vu ne nous convenait pas. J’étais un peu désespéré, au bout de trois jours, car je n’avais rien repéré d’intéressant. Je fis part de mes conclusions à ma chère cousine. Elle me répondit qu’elle souhaitait que je l’accompagne pour une seconde visite dans une jolie maison qui remplissait toutes nos conditions. J’ai été heureux de constater qu’elle avait trouvé notre future résidence. Depuis, nous nous sommes installés, et nous sommes toujours aussi satisfaits de notre choix.