Mes vacances d’été

Mes vacances d’été - Charles Cool

Chaque année, notre famille passe les vacances d’été à la campagne. Ma mère a toujours mis un point d’honneur, à ce que tous ses enfants se réunissent durant quelques semaines dans notre maison de campagne. Même étant mariés actuellement, ma sœur et moi, avons pris cette habitude. Elle pensait que c’était une occasion de renforcer les liens, de discuter et de s’amuser ensemble. Durant le séjour, chacun de nous a sa part de responsabilité dans les activités. Moi, par exemple, j’étais chargé du déjeuner, chaque matin. Donc, je me réveillais avant les autres et je m’assurais que tout le monde prenne un bon déjeuner. Une habitude que j’ai transmise à mes enfants durant le séjour. Mon oncle Arthur, lui, adore la pêche. Dès qu’on arrive au chalet, il part pour le lac pour y rester jusqu’au soir. Pourtant, il ne ramène même pas un seul poisson. Bref, je me souviens qu’il y eut un temps durant ces vacances où j’ai eu un ongle incarné. Alors, on m’a envoyé chez un dermatologue. Et c’est là que j’ai rencontré Élise, une jeune fille de mon collège qui s’y rendait pour un traitement de l acné. Je ne savais pas que ce jour-là, l’impossible allait arriver. Élise m’a raconté qu’elle allait passer l’été dans un camp de vacances et elle m’a invité à y aller avec elle. J’étais aux anges, j’avais juste oublié que je devais partir avec ma famille. Le soir même, j’ai demandé à ma mère si je pouvais ne pas venir avec eux pour une fois et d’aller au camp de vacances. Bien sûr, ma mère refusa. J’ai donc passé mes vacances à penser à Élise et au fait que je n’aurai sans doute plus jamais l’occasion de passer du temps avec elle. J’en étais triste, grincheux et j’en voulais à ma mère. Pour montrer ma colère, je n’ai pas préparé le déjeuner, je suis allé me rendre de bonne heure avec mon oncle au lac. Et là, j’étais surpris de voir que juste en face du lac où mon oncle allait pêcher, il y avait un petit campement. Mon oncle m’a dit que c’était un camp qui venant de s’installer il y a juste quelque mois. À lire l’écriteau sur une bannière plantée au bord du lac, cela ressemblait au camp de vacances d’Élise. Mon oncle et moi, avons donc pris une barque pour voir de plus près et effectivement, c’était le cas. Les jours suivants, je partais avec mon oncle à chaque fois où on trouvait un moyen de se donner rendez-vous à chaque fois, moi et Élise. Et comme je le disais, c’était un fait incroyable, mais, durant ces vacances, j’ai rencontré la femme de ma vie et la mère de mes enfants.