Un anniversaire de réconciliation

Un anniversaire de réconciliation - Charles Cool

Il y a quelques années, mon père et ma mère se sont séparés. Maintenant, elle habite seule, à quelques kilomètres de notre maison. Elle a préféré louer un petit appartement près de chez nous, pour être près de ses petits-enfants. Pour son anniversaire, mes enfants ont voulu lui organiser une fête surprise. C’était un peu difficile, car non seulement, elle n’a jamais été fêtarde, mais elle s’est habituée à être seule, et est devenue un peu casanière depuis son divorce. Mon frère aîné, qui a fait des choix que ma mère n’a pas approuvés, ne lui parle plus depuis deux ans. Avec ma femme, nous avions pensé qu’il était peut-être temps que les choses changent dans notre famille. Un divorce difficile, une mère et son fils qui ne se parlent plus, il fallait que quelqu’un fasse quelque chose. Mes enfants, ma femme et moi avons alors pris la décision de venir parler à maman afin de voir ce qu’on pourrait faire pour arranger les choses.  Ma mère était contente de nous voir, elle nous a préparé un repas. Inquiet et craintif, j’ai commencé à parler de mon frère. J’ai dit qu’il était en ville pour un mois. Ma mère est restée muette, pour ensuite changer conversation. Je voyais bien qu’elle n’était pas encore prête à reparler avec mon frère. Quand nous sommes rentrés à la maison, mon fils aîné m’a dit que pour l’anniversaire de sa grand-mère, il allait inviter son oncle et son grand-père à la fête surprise. Je ne voulais surtout pas raconter à mon fils les dérives de la famille, alors je l’ai laissé faire. Le lendemain, je suis revenu chez ma mère, mais elle n’était pas là. Elle était allée acheter des crèmes pour ses taches solaires. J’ai profité de l’attente pour préparer ce que j’allais lui dire. Après une heure, elle était enfin rentrée. Je lui ai dit ce que j’avais sur le cœur, je lui ai expliqué que je ne voulais pas que mes enfants grandissent dans un climat familial aussi catastrophique. Je l’ai supplié, car quelque part, ce n’était pas juste pour mon fils que je le faisais, je le faisais aussi pour moi. Après une longue discussion, elle était d’accord. Le jour même, j’ai appelé mon frère, je lui ai dit que nous organisions une fête pour l’anniversaire de notre mère et que c’était le moment opportun pour une réconciliation entre eux. Il m’a expliqué que c’était justement pour cela qu’il était en ville, mais qu’il ne trouvait pas le courage de venir parler à maman. Le jour de l’anniversaire arrivé, tout le monde est venu, mon frère, mon père et ma mère. La fête s’est déroulée dans une ambiance joviale et familiale. Et en imaginant toute l’histoire, c’est surtout grâce à l’innocence et au grand cœur de mon fils que ma famille a pu se réconcilier.